Rachat de Dailymotion par Yahoo! : Arnaud Montebourg a-t-il agi seul?

Le Monde.fr, 02/05/2013

Arnaud Montebourg souhaite bloquer l’achat de Dailymotion par Yahoo. Il se dit soutenu par M. Moscovici que lui même dément. Cependant Jean-MArc Ayrault a confié au Monde.fr qu’il serait intéressant pour  Dailymotion de garde son statut nationale et de ne pas s’internationaliser.

L’objectif de Yahoo était de racheter 75% du capital de Dailymotin à l’entreprise France Télécom (qui a toujours des parts appartenant à l’état) avec une option pour monter à 100%. Or France Télécom n’a pas voulu monter à plus de 50%, ce qui explique l’échec de la vente.

Advertisements

Dailymotion-Yahoo : cacophonie entre l’Etat et Orange

Le Monde.fr, 02/05/2013

Le rachat de Dailymotion par Yahoo créer une véritable zizanie au sein du gouvernement. En effet Dailymotion est détenu par Orange qui est elle même détenue à 27% par l’Etat. Arnaud Montebourg est contre ce rachat et se dit soutenu par Pierre Moscovici qui lui même dément être intervenu. Orange lui ne comprend pas pourquoi l’Etat intervient. Le directeur d’orange continu des négociations avec de grandes entreprises internationales telles que Apple, Microsoft… et regrette l’échec du rachat de la société par Yahoo.

L’objectif de Yahoo était de racheter 75% du capital de Dailymotin à l’entreprise France Télécom avec une option pour monter à 100%. Or France Télécom n’a pas voulu monter à plus de 50% ce qui explique l’échec de la vente.

Le blocage de la vente c’est porté sur le fait que Yahoo est une société qui n’est pas en très bonne santé selon Arnaud Montebourg.

Je ne pense pas que cela est été judicieux que l’état français bloque la vente. En effet, le gouvernement ne doit pas intervenir sur les différentes décisions des entreprises française. Dailymotion est une société qui a besoin de se démarquer de son principal rival Youtube, il était donc nécessaire d’obtenir des fonds et une portée internationale pour qu’elle puisse se développer.

En stoppant la vente entre Yahoo et Dailymotion, les conséquences peuvent très importants, comme la mort à petit feu de Dailymotion. De plus, cela n’incitera pas les entreprises qui vont se créer sur le web à prendre la nationalité française mais plutôt trouver une nouvelle “terre d”accueil” qui les laisseront s’exprimer et qui seront libres de leurs actions comme elles l’entendent.

Le résultat serait catastrophique pour l’économie et pour la fuite des “cerveaux du web”.

Fanny Q.

Suspense autour de l’annonce d’un “Facebook phone”

Le Point.fr, le 04/04/2013

Jeudi, un nouveau smartphone va être présenté par le taÏwanais HTC en collaboration avec facebook. En effet, il  s’agit seulement de faciliter l’accès au réseau social. Il ne s’agit pas d’un téléphone portable crée par Facebook. Ce portable possédera un système Android avec “des fonctionnalités très adaptées à Facebook”

Le système Android de Google ainsi que Microsoft avec Windows Phone ne cessent de gagner des parts de marché à l’inverse d’Apple avec iOS.

L’objectif de Mark Zuckerberg  est de répondre à une nouvelle demande qui est celle des connections via les smartphones, les tablettes… qui sont l’avenir de la technologie pour le groupe Facebook.

Ce partenariat entre Facebook et HTC, a pour principal objectif de baisser ou de faire disparaitre le leadership de Samsung. Il s’agit d’une collaboration vital pour HTC qui veut offrir un service qui fasse rêver ses utilisateurs.

Lors des différentes navigations l’internaute aura l’impression d’être sur Facebook comme il peut l’être sur Itunes. Selon une enquêtes les utilisateurs des smartphones sont connectés du matin au soir pour consulter leur mail, naviguer sur internet, et enfin aller sur Facebook.

Nous pouvons analyser qu’une alliance qui est en train de se faire entre les différents géants de la téléphonies et du web. Cela s’explique par un marché de plus en plus concurrentiel et des demandes qui ne cessent d’évoluer.

Les consommateurs aiment le changement, il faut donc leur offrir une réponse avant que ce besoin ne se fasse resssentir. Facebook a décidé de se développer sur d’autres supports afin de garder son positionnement mais surtout de pouvoir gagner des parts de marché. C’est à dire ne plus être en troisième position mais leader lors des navigations des internautes via les smartphones.

Facebook a besoin d’évoluer et de se développer sinon il ne sera plus qu’un souvenir comme l’a été MSN, car des nouveaux réseaux sociaux plus sophistiqués apparaitront.

Fanny Q.

Google va vendre sa paire de lunettes pour surfer sur internet

Le Figaro.fr, Marc Cherki, 31/03/2013

Mountain View société américaine et l’entreprise taïwanaise Foxconn se sont alliées pour développer en Californie des lunettes révolutionnaires. L’objectif est d’être le moins possible dépendant d’Apple pour la filiale du groupe Hon Hai Precision.

Ces nouvelles lunettes ont un ordinateur intégré. Elles sont déjà utilisées par 3900 américains qui font partis de l’élite (hommes politiques, acteurs…).

Le lancement à grande échelle “des Google Glass” prévu en 2014 risque d’arriver plutôt que prévu.

Il s’agit d’une révolution technologique car elle permet une nouvelle approche du web. En effet, cette paire de lunette répondra aux gestes de la tête ainsi qu’à la voix. Elle aura toutes les fonction d’un ordinateur classic (internet…) mais elle pourra également servir de traducteur universel. Son objectif à long terme est de remplacer le smartphone.

Ce nouvel ordinateur permettra de connaitre parfaitement son porteur. Il lui apportera diverses services : indiquer ses trajets habituels, prévoir les embouteillages. Ces lunettes vont également être une carte d’identité électronique à visée commerciale pour les responsables de magasin qui connaitront les habitudes d’achat de l’utilisateur.

Les associations  de consommateurs ainsi qu’un café à Seattle sont inquiets pour la protection de la vie privée.

Suite à cet article, nous constatons que nos films futuristes deviennent réalités. En effet, plus rien n’arrête le développement des nouvelles technologies.

L’objectif est de faciliter la vie quotidienne des individus en leurs proposants diverses services. Cependant, cela a un coût celui de dévoiler tout nos faits et gestes. Notre vie privée est clairement mis à nu. Ce qui explique la puissance des associations des consommateurs.

Aujourd’hui pouvons nous vivre sans ce progrès constant? n’avons nous pas déjà “perdu” notre vie privée avec les caméras de surveillances, les réseaux sociaux et toutes les autres formes de technologies?

Finalement, nous regroupons nos informations sur un seul disque mais cela change t-il vraiment?

Fanny Q.

Y a-t-il un droit à l’oubli sur Google?

Courrier international, Gabriel Hassan, 27 février 2013

 

Mardi 26 février, en Espagne une audience a lieu sur le “droit à l’oubli”. En effet, le moteur de recherche Google garderait toutes les informations qui sont passées sur son site sans les supprimer.

Or, en Espagne il s’agit de discrimination car il y a prescription. Le gouvernement espagnol c’est tourné vers la cour de justice européenne qui permettra à chaque pays membres de l’interpréter.

L’Agence espagnole de protection des données considère qu’il faut prendre en compte les réclamations des victimes. A l’inverse, Google se dédouane en remettant la responsabilité sur les éditeurs qui ont publié ces divers documents.

La décision de la Cour sera prise d’ici 1 an.

 

 

Nous constatons qu’une nouvelle histoire apparait sur la suppression des données. De nombreuses questions ont déjà été posées et ressurgissent sur les différentes informations que possèdent les moteurs de recherche.

En effet, cela peut nous porter préjudice, il s’agit d’une intrusion dans notre vie privée. Ces données peuvent être revendues, volées par des hackers et être utilisées à des fins qui ne sont pas toujours recommandables (cambriolage, usurpation d’identité…).

Les différents moteurs de recherche devraient supprimer la totalité des informations à partir d’une certaine date. Les grands groupes doivent rassurer leurs consommateurs plutôt que de se dédouaner et créer un climat d’insécurité.

 

Fanny QOTBI

ETATS-UNIS. Barack Obama, commandant en chef de la cyberguerre

Courrier international, The New York Times, David E. Sanger, 05/02/2013

Barack Obama voit son pouvoir s’agrandir, il peut aujourd’hui “prévenir ou riposter à une cyberattaque”. De nouvelles règles sont en train d’être mises en place pour l’armée et les services de renseignements Américains. En effet, elles permettront d’établir des limites à la pénétration des réseaux des pays étrangers. L’objectif de cette nouvelle arme est de déceler toute attaque éventuelle contre les Etats-Unis.

Ce concept a été utilisé une fois enIran. Le président Américain pourra enclencher cette arme qui peut être très dangereuse pour le pays ciblé. La grande question qui se pose est à partir de quel seuil cette arme sera t-elle utilisée? qu’appelle-t-on une guerre préventive?

Cette nouvelle forme de guerre semble dans un premier temps un bon compromis. En effet, une guerre sans victime physique, pas de dégât matériel, soit un véritable miracle pour la population mondiale.Pour certains, cela peut être une forme de guerre pacifiste créant une véritable révolution et une avancée prodigieuse.

Cependant, si nous nous penchons un peu plus près nous pouvons constater qu’il s’agit d’une arme à retardement. Aucune règle, loi, norme encadre ce genre de guerre qui est invisible et secrète. Or, la destruction d’un état peut se faire à petit feu en créant une véritable asphyxie du pays concerné.

Il faut faire très attention à cette arme qui peut être aussi dangereuse que la bombe nucléaire. La cyberguerre sera juste un petit peu plus discrète.

Fanny Q.

La technologie de filtrage d’Internet de Blue Coat Systems, amie des régimes autoritaires

Le monde.fr avec AFP, 18/01/2013

Les produits du Blue Coat Systems, entreprise américaine, sont utilisés par des gouvernements qui ne sont pas toujours les plus respectueux des droits de l’homme. Ces logiciels sont soupçonnés d’être utilisés pour surveiller toutes les informations pouvant circuler sur le web. Un examen approfondi est demandé par différents chercheurs afin de déterminer exactement la puissance des ces logiciels.

Cet article nous montre que le web n’est pas seulement utilisé pour des causes révolutionnaires avec le printemps arabe mais également par ses dirigeants.

En effet, les autorités de ces pays (Afghanistan, Syrie, Liban, Russie…) utilisent ces divers moyens de communication pour censurer les propos pouvant porter préjudice aux messages véhiculés par les différents politiques.

Nous pouvons nous inquiéter quand le distributeur de ces logiciels n’est autre que la compagnie américaine basée en Californie. La société n’est pas en mesure de démentir les propos mais explique que ces logiciels lui “permettent une meilleur visibilité, une accélération et une sécurité requise…”

Cet article nous permet de prendre conscience, qu’une nouvelle arme de communication a été créée. La guerre est déclarée entre ceux qui souhaitent échanger et ceux qui veulent le contrôler.

 

Fanny Q.